Afin de coopérer au mieux, les bénévoles français bénéficient de l’expérience de terrain que les malagasy ont engrangé depuis leur enfance. A l’inverse, les malagasy bénéficient de la part des bénévoles d’un partage des connaissances théoriques obtenus dans les universités européennes.