Pour OpH la culture fait parti prenante des besoins primaires d’élévation spirituel et de développement. Ainsi des bals poussières sont organisés à la fin des missions afin de partager la culture musicale vazaha (étrangère). Quelques graffitis ont été réalisés et une bibliothèque est également mise à disposition des populations. Mais beaucoup reste à faire… La culture « mainstream » règne et n’est aucunement concurrencée par des cultures alternatives.